Aperçu du marché : Programmes d’accès aux marchés d’Enbridge - Partie I: Projets réalisés en 2014 à un coût de 10 milliards de dollars

Date de diffusion : 2015-04-14

Au début de 2015, les écarts de prix défavorables au pétrole canadien se sont stabilisés à un niveau qui avait depuis longtemps été aussi peu prononcé. Cette situation a été le fruit de prix plus faibles pour le pétrole, quelle que soit sa provenance, et d’une capacité pipelinière accrue qui a permis aux producteurs canadiens de profiter d’un meilleur accès aux marchés. Enbridge a beaucoup contribué à la chose, ouvrant les abords de la mer à des sources de pétrole brut qui ne pouvaient auparavant s’en approcher. En 2014, elle a ainsi mis en service 15 projets d’un coût total de 10 milliards de dollars [anglais seulement]. Grâce à des gains d’efficacité sur son réseau principal au Canada, Enbridge a été en mesure d’accroître le volume de ses expéditions aux États-Unis à plus de 2,06 millions de barils par jour (Mb/j) au quatrième trimestre de 2014, alors que celles-ci s’étaient établies en moyenne à 1,7 Mb/j en 2013.

La carte ci-dessous illustre les principaux oléoducs existants et proposés en Amérique du Nord (le vert fait ressortir les installations détenues par Enbridge ou dans lesquelles elle détient une participation).

Pipelines et projets d’Enbridge dans le contexte des grands oléoducs nord-américains

Sources et description de la figure

Sources : ACPP, sites Web de la société et Office. Remarque : Les dates d’entrée en service sont celles prévues par les sociétés.

Description : La carte ci-dessus présente les grands oléoducs, existants et proposés, au Canada et aux États-Unis. Elle met en évidence ceux qui acheminent du pétrole canadien, en accordant une attention particulière aux réseaux détenus par Enbridge. Chaque boîte de texte précise de quel pipeline il s’agit en plus d’indiquer la capacité nominale du réseau ainsi que, dans le cas des canalisations proposées, la date d’entrée en service visée par la société.

Suivent des renseignements plus détaillés sur quelques projets réalisés par Enbridge en 2014 pour favoriser l’acheminement du pétrole brut canadien vers différents marchés.

  • Enbridge a obtenu l’autorisation de l’Office d’agrandir la canalisation 67 (pipeline Alberta Clipper) [Dépôt A50564] en février 2013, et c’est au troisième trimestre de 2014 qu’elle a mené à terme la première tranche des travaux de construction requis pour cette installation (+120 Mb/j). En attendant l’approbation demandée au département d’État américain afin de modifier le permis présidentiel pour le pipeline Alberta Clipper, la société a adopté une « solution temporaire en vue de l’optimisation du réseau » en permettant l’acheminement de volumes supplémentaires sur ce pipeline dans certains tronçons de la canalisation 3, près de la frontière internationale, pour lesquels il n’existe aucune restriction de pression. La deuxième étape du projet (230 Mb/j) prévoit elle aussi l’ajout de stations de pompage et de comptage sans nouvelles canalisations.
  • Pendant plusieurs années, une capacité insuffisante vers le sud-est à partir de Superior, au Wisconsin, a créé des engorgements sur le réseau d’Enbridge. Dans ce cas, le projet « Southern Access », qui prévoit l’agrandissement de la canalisation 61 reliant Superior à Flanagan, en Illinois, est la solution privilégiée par la société. Tout comme c’est le cas pour le pipeline Alberta Clipper, ce projet est en deux étapes et nécessite l’ajout de puissance de pompage sans nouvelles canalisations. La première étape, faisant passer la capacité de 400 000 barils par jour (b/j) à 560 000 b/j, a été menée à terme en août 2014.
  • Le programme d’« accès à la côte américaine du golfe du Mexique » a beaucoup progressé en 2014 avec le pipeline Flanagan South au quatrième trimestre (600 000 b/j) et le doublement du pipeline Seaway en décembre (450 000 b/j). Ces deux réalisations permettent maintenant à Enbridge de transporter jusqu’à 600 000 b/j de brut canadien à partir de Flanagan jusqu’à Cushing, en Oklahoma, ou jusqu’à la côte américaine du golfe du Mexique.
  • Les travaux de remplacement de la canalisation 6B (après sa rupture près de la rivière Kalamazoo en 2010) ont été achevés en septembre 2014 dans le cadre du programme d’Enbridge d’« accès vers l’Est », qui prévoit aussi l’inversion de la canalisation 9.
Date de modification :