Aperçu du marché : Exportations éventuelles de 1,2 Mb/j de brut par chemin de fer d’ici 2040 en raison d’une capacité pipelinière limitée

Date de diffusion : 2016-02-25

Le scénario de capacité pipelinière limitée pour le pétrole (le scénario de capacité limitée) du rapport Avenir énergétique 2016 se penche sur les effets qu’aurait la non-réalisation de nouveaux projets d’oléoduc d’exportation d’envergure sur la filière énergétique canadienne. Dans le scénario de capacité limitée, on suppose que les agrandissements envisagés à la canalisation principale d’Enbridge sont terminés, mais aucune autre augmentation éventuelle de la capacité pipelinière n’est prise en compte (comme la capacité qui découlerait des projets Keystone XL, Northern Gateway, Énergie Est ou du projet d’agrandissement du réseau de Trans Mountain, par exemple)Note de bas de page 1.

Compte tenu de ces suppositions, la majeure partie de la production supplémentaire de pétrole pour la période de prévision appellerait une capacité de transport accrue pour acheminer le produit vers le marché. Le graphique ci-dessous illustre le besoin implicite en capacité ferroviaire, qui culmine à 1,17 million de barils par jour (Mb/j) en 2040.

Source et Description

Source : Rapport Avenir énergétique du Canada en 2016

Description : Le graphique ci-dessous montre sept zones empilées qui illustrent la capacité pipelinière d’exportation de pétrole, qui passe de 2,5 Mb/j en 2010 à près de 4 Mb/j en 2020, où elle se stabilise jusqu’en 2040. Le graphique montre également une ligne qui représente le pétrole disponible pour l’exportation par pipeline ou par chemin de fer; de 2,2 Mb/j en 2010, il grimpe à 5,1 Mb/j en 2040. Pour les années où le pétrole disponible pour l’exportation excède la capacité pipelinière, la zone quadrillée et rose illustre le besoin implicite en capacité, qui grimpe à 1,17 Mb/j en 2040.

Dans le scénario de capacité limitée, le recours accru au transport ferroviaire entraîne une baisse des prix touchés par les producteurs canadiens en raison des coûts élevés de ce type de transport en comparaison avec les pipelines. En dépit de la baisse de prix, la production de pétrole brut continue de croître dans le scénario de capacité limitée et plafonne à 5,6 Mb/j en 2040, soit 8 pour cent de moins que les prévisions de production pétrolière dans le scénario de référence d’Avenir énergétique du Canada en 2016Note de bas de page 2.

Bien que le volume implicite des exportations de brut par chemin de fer dans le scénario de capacité limitée ne soit pas beaucoup plus important que la capacité existante estimée des terminaux de chargements de brut dans l’Ouest canadien, il correspond à environ quatre fois le volume le plus élevé de brut qui a été transporté par chemin de fer jusqu’à maintenant au Canada. Il n’est pas exclu que des changements considérables soient nécessaires pour que les services ferroviaires de l’industrie puissent s’adapter aux volumes projetés. En outre, les engorgements sur les voies ferrées et aux terminaux, le manque de wagons-citernes et la concurrence avec d’autres produits de base comptent parmi les problèmes éventuels.

 

Date de modification :