Aperçu du marché : Le gaz naturel, un acteur important dans l’exploitation des sables bitumineux de l’Alberta

Date de diffusion : 2017-04-19

À l’heure actuelle, l’exploitation des sables bitumineux constitue plus de 25 % de la demande de gaz naturel au Canada. De 2005 à 2016, les achats de gaz naturel à cette fin ont plus que triplé, passant de 0,73 milliard de pieds cubes (Gpi³/j) en 2005 à près de 2,38 Gpi³/j en 2016. Durant la même période, par contre, la demande totale de gaz naturel au Canada a augmenté de 6,17 Gpi³/j à un volume estimatif de 8,27 Gpi³/j.

Dans l’exploitation des sables bitumineux, le gaz est surtout utilisé pour produire de la vapeur en vue de la récupération in situ du pétrole. Le recours à plus grande échelle à cette technique explique pour beaucoup l’accroissement de la demande de gaz naturelNote de bas de page 1. Les techniques d’exploitation in situ les plus répandues sont le drainage par gravité à l’aide de chaleur (DGMV) et la méthode de stimulation cyclique par la vapeur d’eau (SCV). Dans les deux cas, on utilise de la vapeur pour chauffer le gisement afin de liquéfier le bitume et d’en permettre l’écoulement jusqu’aux puits de production.

Le gaz naturel est aussi utilisé dans l’extraction à ciel ouvert des sables bitumineux, pour chauffer l’eau afin de séparer le bitume et le sable. On emploie aussi de la vapeur pour la valorisation, où on produit de l’hydrogène qui convertit le bitume en pétrole brut synthétique. Enfin, un nombre croissant de centrales de cogénération sont alimentées en gaz naturel et produisent de la chaleur et de l’électricité utilisées dans l’exploitation des projets ou vendues au réseau électriqueNote de bas de page 2.

Source et description

Sources : Alberta Energy Regulator [anglais seulement] et Office

Description : Ce graphique illustre les achats annuels de gaz naturel par l’Alberta pour l’exploitation des sables bitumineux, ventilés selon l’extraction à ciel ouvert et la valorisation, la production in situ et la cogénération (pour l’extraction à ciel ouvert et la production in situ), ainsi que la demande canadienne totale, de 2005 à 2016. Durant cette période, les achats de gaz naturel pour l’extraction à ciel ouvert et la valorisation ont augmenté de 0,23 Gpi³/j à un volume estimatif de 0,57 Gpi³/j. Les achats de gaz naturel en vue de l’extraction in situ sont passés de 0,22 Gpi³/j à un volume estimatif de 1,14 Gpi³/j. Les achats de gaz naturel aux fins de cogénération ont crû de 0,28 Gpi³/j à un volume estimatif de 0,67 Gpi³/j. Dans l’ensemble, les achats de gaz naturel pour l’exploitation des sables bitumineux ont augmenté de 0,73 Gpi³/j en 2005 à un volume estimatif de 2,38 Gpi³/j en 2016. La demande totale de gaz naturel au Canada s’est accrue de 6,17 Gpi³/j à une estimation de 8,27 Gpi³/j durant la même période.

Les interruptions des opérations liées à l’exploitation des sables bitumineux peuvent avoir une forte incidence sur les prix du gaz naturel, comme ce fut le cas en 2016 lorsque des feux de forêt ont ravagé les environs de Fort McMurray. Au plus fort de cet événement, la réduction subite de la demande de gaz naturel par les producteurs de sables bitumineux a fait chuter les prix du gaz naturel intra-Alberta à un creux historique, le 8 mai, de 58 cents le gigajoule (GJ). Avant, en avril, le gaz intra-Alberta se négociait à 1,08 $ le GJ et après, en juillet (quand la production de sables bitumineux a repris), à 2,27 $ le GJ.

Date de modification :