Aperçu du marché : Que produisent les raffineries canadiennes à partir du pétrole qu’elles transforment?

Date de diffusion : 2017-08-09

Le Canada compte 16 raffineries qui transforment du pétrole produit au pays ou importé de l’étranger. Au cours des cinq dernières années, ensemble, elles ont produit en moyenne 2,3 millions de barils de produits pétroliers raffinés par jour qui ont servi, dans une proportion d’environ 80 %, au transport de marchandises ou de personnes et à des fins de chauffage.

Du pourcentage précité, la part du lion revient à l’essence pour moteur, qui représente plus du tiers des produits transformés. Viennent ensuite le diesel et les distillats moyens (comme le mazout léger), servant au transport de marchandises ou de passagers, à la production d’électricité et au chauffage domestique. Enfin, on retrouve le carburant aviation (qui regroupe le carburéacteur et l’essence aviation, utilisés pour la propulsion des aéronefs de passagers et commerciaux ou militaires) et les mazouts lourds (surtout dans le secteur du transport maritime).

Composition d’un baril moyen de produits pétroliers raffinés au Canada

Source et description

Source : Statistique Canada – Tableau 134-0004; calculs de l’Office

Description : Ce graphique à barres empilées illustre la composition d’un baril moyen de produits pétroliers à la sortie des raffineries canadiennes, les plus lourds se trouvant en bas et les plus légers tout en haut. Les calculs sont fondés sur la production moyenne de ces raffineries entre 2011 et 2016. C’est l’essence pour moteur qui remporte la palme, avec 36 % de la production, suivie du diesel et des distillats moyens à 33 %. Les charges d’alimentation pétrochimiques et les gaz de pétrole liquéfiés (« GPL ») comptent pour 7 % du total, le mazout lourd pour 6 %, les autres produits lourds également pour 6 %, le carburant aviation pour 5 %, lui-même suivi des autres produits légers et de l’asphalte, tous deux à 4 %.

Des raffineries proviennent aussi divers autres produits, allant de « légers » à « lourds » [anglais seulement].Note de bas de page 1 Dans la première catégorie, le propane, les butanes, les autres GPL et le gaz de distillationNote de bas de page 2 peuvent être utilisés par l’industrie pétrochimique afin de produire, entre autres choses, des plastiques, fibres synthétiques, résines et caoutchoucs. S’y greffent par ailleurs des produits comme les naphtes, le combustible à usage domestique et le kérosène. La seconde catégorie comprend l’asphalte, principalement pour paver routes et autres surfaces, mais aussi utilisé sur les toits d’immeubles et pour l’imperméabilisation de ceux-ci. Au nombre des autres produits lourds on retrouve la coke de pétrole, les huiles ou graisses lubrifiantes et la paraffine.

Les produits qui sortent des raffineries dépendent du type de pétrole transformé, les plus lourds étant à l’origine de produits eux aussi plus lourds et vice versa pour les plus légers. C’est dans une proportion d’environ un tiers que le brut raffiné dans l’Ouest canadien est considéré lourd, ce pourcentage descendant autour de 10 % dans l’Est du Canada.

Date de modification :